Home News La réalité virtuelle pour lutter contre la pédophilie
La réalité virtuelle pour lutter contre la pédophilie
0

La réalité virtuelle pour lutter contre la pédophilie

0

Alors que la réalité virtuelle connait déjà plusieurs applications dans le domaine de la médecine, avec la possibilité d’assister à des opérations chirurgicales à 360°, ou afin de mieux comprendre le corps humain, certains chercheurs s’intéressent aujourd’hui à cette technologie dans la lutte contre la pédophilie. Un outil préventif mais peut être à terme curatif.

Les chercheurs de l’institut Philippe-Pinel à Montréal, parmi lesquels Christian Joyal, travaillent ainsi sur ce thème depuis plusieurs années maintenant. Les recherches visent notamment à estimer le risque de récidive d’un délinquant sexuel en le confrontant à un environnement virtuel spécifique.

pedophilie
La force des images pourraient permettre de déceler les risques de récidive à l’image du film “Orange mécanique”

Un casque VR équipé de capteurs pour suivre les réactions

Concrètement, l’expérience vise à équiper la personne d’un casque de réalité virtuelle muni de capteurs. Dans un deuxième temps, différentes images représentant un homme qui souffre, un couple qui s’embrasse, sont envoyées dans le casque. Au cours de l’expérience, les chercheurs analysent les réactions cérébrales du patient pour essayer de déceler par exemple son degré d’empathie.

Une autre méthode évoquée est la pléthysmographie pénienne. En fixant une sonde sur le sexe du cobaye, ils seraient en mesure de déterminer son degré d’excitation face à certaines images comme par exemple un avatar d’enfant isolé ou accompagné de ses parents. Ce genre d’exercice se heurte néanmoins à des questions éthiques.

Shawn Marschall-Lévesque, coordonnateur du Laboratoire d’évaluation des préférences sexuelles de l’institut, déclare : “On utilise cela pour savoir si le patient présente un intérêt sexuel envers les enfants, la violence ou la coercition.”

pedophilie
Équipé d’un casque VR muni de capteurs, l’utilisateur est confronté à des images pour tester son degré de récidive

Le casque de réalité virtuelle permet en outre de suivre le mouvement des yeux du patient, en effet jusqu’à maintenant ceux-ci pouvaient feindre une émotion ou volontairement se faire souffrir, en se mordant par exemple, afin d’induire les analystes en erreur. Dès lors, son regard est surveillé et il devient plus difficile de simuler des émotions.

Par ailleurs, un autre chercheur de l’Université de Montréal, Massil Benbouriche, étudie de son côté la possibilité de faire de la VR un moyen de soigner des délinquants sexuels. Moins extrême que la castration chimique, elle viserait à apprendre au patient à contrôler ses pulsions sexuelles.

En attendant que de telles recherches portent leurs fruits et que des thérapies VR soient mises en place, il existe des alternatives comme le projet Dunkelfeld en Allemagne, des centres où les pédophiles abstinents peuvent se réunir et discuter de manière anonyme afin d’apprendre à se canaliser.

Vous pouvez retrouver le reportage vidéo sur le travail de l’Institut Philippe Pinel ICI

Que pensez-vous de l’utilisation de la VR dans le traitement des délinquants sexuels ?