Home Casques AR Smart Helmet : de la sécurité et de la réalité augmentée
Smart Helmet : de la sécurité et de la réalité augmentée
0

Smart Helmet : de la sécurité et de la réalité augmentée

0

La réalité augmentée, ce n’est pas que Pokémon Go. La réalité augmentée, ce n’est pas que les jeux vidéos. La réalité augmentée, ce n’est pas que du ludique à partager sur les réseaux sociaux. Le réalité augmentée, c’est également un moyen d’apprendre à jouer du piano. La réalité augmentée, c’est un moyen de faire avancer la médecine et le domaine de la santé. La réalité augmentée, c’est cette nouvelle technologie que les entreprises se sont accaparées pour pouvoir améliorer leurs moyens de production mais aussi leurs canaux marketing. La réalité augmentée, c’est la possibilité d’obtenir une multitude d’informations en temps réel tout en continuant une activité qui requiert une grande dose de concentration. Le Smart Helmet, c’est la possibilité de continuer à travailler en sécurité sur les chantiers. En effet, ce nouveau casque innovant équipe les charpentiers et autres artisans pour les aider dans leurs tâches tout en assurant le niveau maximum de sécurité dont ils ont besoin.

Smart Helmet : la société américaine Daqri a exposé ce nouveau modèle au salon Laval Virtual !

C’est dans la Mayenne que l’on a pu découvrir ce nouvel outil destiné aux entreprises du BTP et de la construction. Le casque est en effet aux normes de sécurité et peut être utilisé par les ouvriers et les maîtres d’ouvrage qui s’affairent sur les chantiers. Une batterie entre 4 et 5 heures pour un casque équipé d’un « micro-ordinateur » qui viendra fournir des informations à l’ouvrier, en Wifi ou en Bluetooth.

Qu’offre le Smart Helmet ? Notamment une caméra thermique qui « permet de distinguer les différences de température et de détecter des fuites potentiellement dangereuses pour le technicien » explique Fabrice Etienne. « C’est aussi un moyen de réaliser une maintenance proactive si l’on observe une usure ou une anomalie.» ajoute-t-il.  Ce casque est actuellement vendu aux État-Unis et est utilisé sur un chantier d’hôpital. En France, Vinci serait entrain de l’expérimenter.