Accueil News Simforhealth : la formation des médecins grâce à la réalité virtuelle
Simforhealth : la formation des médecins grâce à la réalité virtuelle
0

Simforhealth : la formation des médecins grâce à la réalité virtuelle

0

La réalité virtuelle est une technologie qui entame une petite révolution dans chaque domaine qu’elle touche. Nous sommes heureux de voir que les jeux vidéos sont de plus en plus réalistes et passionnants. Cependant, lorsqu’il s’agit de sujets plus sérieux, à l’instar de la médecine et de la santé, notre bonheur explose. En effet, la réalité virtuelle, au côté de la réalité augmentée, contribue au progrès de ses disciplines. Par exemple, les chirurgiens réalisent maintenant des simulations d’intervention en réalité virtuelle lorsque d’autres utilisent la réalité augmentée pour observer le fonctionnement d’un cerveau. Les formations de médecins évoluent petit à petit et adoptent les nouvelles technologies. C’est le point qu’a décidé d’aborder Simforhealth lors de sa 4ème conférence annuelle. L’entreprise a en effet évoqué le besoin de « Penser autrement la prise en charge du patient grâce à la simulation numérique ».

Simforhealth : les médecins français sont très enclins à adopter la réalité virtuelle pour se former ! 

La France est pourvue « d’excellents développeurs formés dans les meilleures écoles d’ingénieurs situées sur notre territoire », a déclaré Clément Goehrs, aussi chercheur au CHU de Bordeaux. Les médecins français sont plus que disposés à accélérer cette révolution pédagogique synonyme de gain de temps et d’argent. Aujourd’hui, tous les CHU disposeraient d’un centre de simulation où viennent s’entrainer jeunes étudiants et jeunes médecins. Ces centres suscitent un fort intérêt, il faut dire que la réalité virtuelle est une technologie encore peu connue dans l’hexagone.

Cependant, des freins existent. Par exemple, la protection des données utilisées pour ces simulations. Également, certains médecins ont peur que cela vienne accélérer la robotisation et l’automatisation de leur métiers. En deux mots, certains craignent d’être remplacés par des robots. Cependant, il semblerait que cela ne soit pas pour tout de suite. Les études sont longues et nécessitent beaucoup de ressources cognitives, que les machines n’ont pas encore.