Home News Renault Trucks utilise la réalité augmentée pour le contrôle des moteurs
Renault Trucks utilise la réalité augmentée pour le contrôle des moteurs
0

Renault Trucks utilise la réalité augmentée pour le contrôle des moteurs

0

Y-a-t-il des points qui rapprochent Renault Trucks, la filiale du groupe Volvo, et les casques de réalité augmentée Hololens? Si à priori, ces deux entreprises n’ont rien en commun, la réalité nous prouve le contraire. En effet, le constructeur de poids lourd a décidé d’occuper ses opérateurs avec des casques Microsoft Hololens afin de procéder à de meilleurs contrôles de qualité de ses moteurs. C’est dans l’usine de Lyon que sera mis en place cette première opération d’intégration de la réalité augmentée dans les usines du groupe.

On le savait déjà, les casques de réalité augmentée présentent de parfait cas d’usage pour l’industrie lourde, automobile et de construction. En effet, ces accessoires permettent d’accéder à un panel important d’informations sans avoir à utiliser nos mains. Vous pouvez donc consulter des manuels, des notices d’utilisations et des vidéos tutoriels tout en ayant les mains libres. C’est d’ailleurs pour cela que, si les Google Glass n’ont pas marché auprès du public des particuliers, elles ont rencontré un franc succès auprès du monde des professionnels. On pense notamment à des entreprises comme Caterpillar qui ont sur profiter de cette opportunité technologique. Quant à Renault Trucks, présentation officielle a été faite mardi 21 novembre 2017 lors du salon Solutrans.

Renault Trucks veut augmenter ses facteurs de productivité dans ses usines grâce à l’utilisation de casques de réalité augmentée Microsoft Hololens!

« Nous avons une problématique commune à tout le groupe Volvo : nos camions ont énormément de variantes différentes », explique Bertrand Félix, responsable de la réalité augmentée chez Renault Trucks. Les moteurs sont donc vraiment différents et les procédures de vérifications varient énormément, ce qui complexifie le travail des techniciens. « Notre priorité avec ce projet est de réduire leur charge cognitive en leur indiquant les points de contrôle et de leur faire gagner du temps en leur laissant les mains libres. »