Home Non classé Raptor Lab : bouger dans la VR tout en restant immobile !
Raptor Lab : bouger dans la VR tout en restant immobile !

Raptor Lab : bouger dans la VR tout en restant immobile !

0

Aujourd’hui on vous présente une startup qui fait la fierté de l’écosystème français: Raptor Lab. Le projet de la startup est ambitieux: se déplacer dans la réalité virtuelle sans bouger d’un centimètre en réalité. Cette innovation pourrait bien changer le visage actuel et la jouabilité de la réalité virtuelle telle qu’on la connait. Le projet intéresse déjà quelques grosses entreprises qui pourraient l’utiliser pour des projets très spécialisés.

Raptor Lab : une société inspirée de Jurassik Park et des vélociraptors vous met en mouvement ! 

« Comme nous, les raptors sont sensibles au mouvement ! On avait envie d’avoir l’air un peu sympa et rigolo, pas de s’appeler Futur VR ou un autre nom générique », explique avec enthousiasme Samuel Auzols,  cofondateur de la société (et qui était architecte avant cela). Cette startup est avant tout basée sur le mouvement. Elle souhaite développer une réalité virtuelle trop souvent condamnée à s’utiliser avec des fils, des espaces de jeu limités et des casques plutôt volumineux. Comment souhaite-elle s’y prendre? Par le biais de manettes qui serviront à se propulser grâce aux mouvements des bras, et non pas des jambes. L’idée est bonne et le rendu semble plutôt prometteur.

La startup est implantée à … Lyon, dans le quartier de la Guillotière. Pour sa première réalisation, la startup a sorti un jeu vidéo nommé Art of Fight où vous pourrez notamment vous déplacer grâce à la force des bras. La vidéo du jeu a été visualisée par plus d’un million de personnes et a notamment suscité l’intérêt de Velours International, un fleuron de l’industrie de la défense :  « Dans une simulation en VR classique, on ne peut pas se déplacer vraiment, il faut se téléporter. On perd alors la perception de l’espace. Notre technique permet au contraire de mieux mémoriser les lieux ; c’est ce qui les intéressait », relate Samuel Auzols.