Home Dossiers Comment la réalité virtuelle modifie la psychiatrie
Comment la réalité virtuelle modifie la psychiatrie
0

Comment la réalité virtuelle modifie la psychiatrie

0

La réalité virtuelle n’est plus une technologie réservée aux jeux vidéos et à l’amusement. Elle s’impose de plus en plus comme une technologie à prendre au sérieux et qui pourrait bien contribuer à révolutionner les sciences médicales. On sait que les étudiantes sage-femmes utilisent la réalité virtuelle pour s’entraîner pour des futures scènes d’accouchement à risque. Également,  on a appris que SimforHealth utilisait la réalité augmentée pour former les futurs médecins, pour économiser au passage du temps et de l’argent. La réalité virtuelle ne s’arrête pas là lorsqu’il s’agit de changer le monde puisque elle est également utilisée pour corriger les problèmes de vue des malvoyants. Aujourd’hui, c’est à la psychiatrie que l’on s’intéresse. Saviez-vous que la réalité virtuelle aidait les enfants autistes à reconnaître les émotions de leurs mamans, les vétérans de guerre à contrôler leurs souvenirs les plus angoissants et les autres patients à oublier leurs souffrances les plus profondes ?

La réalité virtuelle se met au service de la psychiatrie et contribue à un monde meilleur en aidant les enfants autistes, les vétérans de guerre et les patients qui souffrent de traumatismes profonds!

La réalité virtuelle peut créer des environnements factices de toute pièce. Les patients sont alors immergés dans un monde créé sur-mesure et sur commande. Le monde réel n’existe plus et vous êtes plongé dans un univers totalement différent. Avec la récente baisse des coûts de la réalité virtuelle (notamment permise par la mise en compétition des différents fabricants de casques VR), les cliniques et hopitaux s’intéressent de plus en plus à cette technologie prometteuse.

Quels exemples pour soigner les maux des patients? Brain Power est une entreprise qui utilise la réalité virtuelle et la réalité augmentée pour créer un jeu qui permet aux enfants autistes de reconnaître les émotions des personnes, ce qui leur permet de développer les interactions avec leurs proches. Les enfants autistes ont en effet parfois du mal à reconnaître les émotions des personnes qui les entourent. Également, la réalité virtuelle permet de calmer l’anxiété en générant des situations, virtuelles, angoissantes et en apprenant aux patients à les gérer. Par exemple, vous pouvez être placé sur un pont, au-dessus d’un ravin, dans un monde virtuel. À vous de vous débrouiller pour le traverser !