Home Dossiers Doit-on fusionner les plateformes de réalité virtuelle?
Doit-on fusionner les plateformes de réalité virtuelle?
0

Doit-on fusionner les plateformes de réalité virtuelle?

0

Pour exploser, la réalité virtuelle a besoin d’une App qui créé un énorme effet buzz et qui la fasse connaître au monde entier. Vous vous rappelez de Pokémon Go? Buzz mondial. Ce jeu a fait découvrir la réalité augmentée et toute ses potentialités au grand public. Nul ne peut nier le fait que la sortie de ce jeu a constitué une véritable étape dans l’histoire de cette technologie et qu’il a accéléré les investissements des géants de la Silicon Valley. Les entreprises investissent, lancent des plateformes de développement, financent des développeurs de génie et espèrent pouvoir capturer une App qui ne sera utilisable qu’avec le casque de réalité virtuelle qu’elles auront créé. Ainsi, elles seront sûr d’écouler leurs stocks qui s’amassent. Cependant, ce genre de fragmentation a contribué a créé un marché confus et trop peu de jeux pour les joueurs, leur donnant ainsi raison lorsqu’il ne veulent pas dépenser un seul euro pour un casque VR.

Trop de plateformes : les entreprises investissent des millions dans la réalité augmentée, et pourtant, peu de progrès lors des dernières années.

L’allocation des ressources n’est pas optimale, elle est trop fragmentée. Facebook, Apple, Amazon, Google ou même Alibaba investissent dans la réalité virtuelle. Seulement, ils le font chacun de leur côté et ne fusionnent pas leurs efforts. Pas de synergie donc. Ainsi, les joueurs intéressés par la réalité virtuelle ne peuvent pas arrêter leur décision quant au casque VR à choisir. Ils ne savent pas lequel leur apportera le jeu VR que tout le monde attend.

Certes, pas besoin de monopolies. Depuis l’Oculus Rift et le HTC Vive, la compétition a permis de fortement faire baisser le prix des casques VR. Certains modèles, comme le Samsung Gear VR, ont le vent en poupe et sont très abordables : compter une soixantaine d’euros maximum. Il existe également des plus petits acteurs, à l’instar d’Unity, qui commencent à se faire une place sur le marché de la VR et qui sont enclins à travailler sur plusieurs plateformes, afin de véritablement démocratiser la réalité virtuelle. Également, la compétition permet de tester différents « price points » et d’estimer combien le marché est prêt à dépenser pour pouvoir utiliser la réalité virtuelle à la maison.